T comme TIME

Trouvez le bon pansement au bon moment

Ça, c’était avant les pansements modernes

Si vous avez connu un monde sans internet et sans smartphone, si vous vous rappelez des disquettes, des cassettes VHS et audio, si vous avez déjà utilisé un téléphone à cadran qui tourne et qui fait « crrrrrrr..tik tik tik », si vous vous souvenez des polycopiés qui sentaient l’éther, ou si vous avez vécu la chute du mur de Berlin, alors vous avez connu aussi :

  • Le temps où l’on devait appeler le médecin pour prescrire des compresses
  • La technique du sèche-cheveu glaçon pour soigner les escarres stade 1
  • Les frictions qui sentaient (bon) la Biafine
  • Les hydrocolloïdes marrons qu’on mettait partout

Mais ça, c’était avant, alors qu’est ce qui a changé ?

Les nouveaux rôles de l’infirmière libérale

Je vais vous le dire. Ce qui est le plus important, c’est de prendre conscience que l’infirmière libérale a développé de nouveaux rôles, et a fait évoluer la profession de façon plus autonome.

Depuis 2007, la prescription infirmière bouleverse nos pratiques, et modifie la prise en charge des plaies. Les laboratoires foisonnent d’idées et inventent de nouveaux pansements de toutes les formes et de toutes les couleurs. Le marché du pansement explose et les infirmières libérales se perdent dans cette jungle.

La médecine de ville, de plus en plus saturée délègue volontiers la prise en charge des plaies aux infirmiers.

Désormais, le rôle infirmier ne se résume plus aux seuls gestes, mais à l’évaluation, au recueil de données, et à la prise de décision stratégique. L’engagement thérapeutique et la communication entre tous les acteurs de santé qui gravitent autour du patient, le met au centre de la prise en charge.

La prescription devient de plus en plus technique, l’évaluation est méthodologique, la communication interprofessionnelle indispensable.

La question que se pose tout infirmier est comment trouver le bon pansement au bon moment ?

Je vais vous l’expliquer pas à pas :

 

L’évaluation globale du patient

En priorité, regarder votre patient, toucher le, sentez-le, écoutez-le (non ne le goutez pas, c’est pas comestible), faites-en le tour de haut en bas, de droite à gauche, dedans dehors, Bref, faites une évaluation globale :

  • Listez ses comorbidités
  • Jetez un œil à ses traitements
  • Evaluez une infection systémique ou locale
  • Déterminez son âge, évaluez d’éventuelles douleurs
  • Repérez une dénutrition, une déshydratation, une obésité
  • Faites le tour de son hygiène de vie

Voilà, vous avez évalué globalement votre patient, pris en charge les problèmes (équilibre du diabète, compléments alimentaires, contention, traitement d’une infection, PEC de la douleur…) on peut commencer à regarder la plaie

Vous vous demandez surement comment on procède pour évaluer une plaie ?Je vous dirais bien d’écouter votre petite voix, l’intuition infirmière est un outil indispensable…Mais ça ne va pas suffire.Il nous faut une méthodologie.

 

Alors utilise TIME, en écoutant Shazam (c’est optionnel)

Et tu seras the King de l’évaluation de plaie, le Mozart de l’escarre, le Léonard de Vinci de l’ulcère, le Jean-Pierre Coffe du mal perforant plantaire !

Mais c’est quoi ce TIME ?

TIME est une démarche clinique inventée il y a 15 ans par des chirurgiens esthétiques qui voulaient optimiser les prises de greffes sur le lit de la plaie, le procédé a été rapidement étendu aux plaies chroniques.

Ils ont remarqué que 4 anomalies physiopathologiques retardent le processus de cicatrisation.

Le principe est de tenir compte, à chaque évaluation de la plaie, des 4 éléments de l’acronyme TIME. Vous allez vite comprendre :

T : Tissus (nécrosés, fibrineux ou atones)

I : Inflammation ou infection

M : Maintien du milieu humide

E : Epidermisation à partir des berges

A chaque fois que vous évaluez votre plaie, passer systématiquement en revu les 4 éléments du TIME, et vous n’oublierez plus rien.

Par exemple, si je vous dis :

[T] Le lit de la plaie est fibrineux, [I] la plaie est inflammatoire, pas d’infection, [M] l’exsudat est abondant, [E] les berges sont enroulées, la peau périlésionnelle est eczémateuse.

Vous visualisez ?

C’est tout de même plus pro que : la plaie est vilaine, ça coule, c’est rouge et la peau autour est moche. (Je l’ai vu si si, j’exagère à peine) D’ailleurs, finalement, on n’imagine rien, on n’a pas envie de passer à l’action.

 

Parle bien avec ta bouche d’infirmière

Vous avez beau être compétent, si vous utilisez des mots inadaptés dans un contexte professionnel, votre crédibilité en prendra un coup. Le principe de base est donc d’utiliser un vocabulaire adapté à la situation. Pour ça je vais vous aider un peu en utilisant le principe TIME, il vous suffira de piocher dans les cases.

Tableau TIME : cliquez sur l’image

Action !

Vous remarquez que chaque lettre du TIME enclenche une action à mettre en place, avec un ou des moyens particuliers en rapport avec le problème. Par exemple, pour reprendre notre exemple :

  1. Un lit de la plaie fibrineux, enclenchera le lavage, la détersion autolytique et une détersion mécanique.
  2. Pour l’inflammation l’objectif est de faire baisser la charge bactérienne, un lavage est nécessaire, éventuellement un pansement à action antibactérienne ainsi que ‘indispensable détersion
  3. Si la plaie est trop humide, il convient de placer un pansement absorbant pour contrôler l’exsudat.
  4. Une peau périlésionnelle eczémateuse nécessite des pansements non adhésifs, hypoallergéniques, éventuellement des corticoïdes sur PM

TIME est un bon guide pour les actions à mettre en place, une sorte d’entonnoir décisionnel

 

A quoi va vous servir le TIME ?

A plein de choses en fait, reprenons du début :

  • Un gain de temps : ça vous prendra 5 minutes à tout casser
  • Un moyen de communication :
  • Transmissions infirmières,
  • Comptes rendus aux médecins ou aux centres spécialisés en plaies,
  • Tenue du dossier de soin (obligatoire depuis novembre 2016).
  • Une méthode d’évaluation : La plaie chronique par définition a un processus d’évolution lent, l’évaluation hebdomadaire est recommandée, d’abord parce que c’est plus facile de déterminer un jour fixe, ensuite parce qu’il est inutile de la faire tous les jours, au risque de trouver exactement le même résultat. Mais aussi avant toute consultation programmée, et à chaque changement d’aspect de la plaie.
  • Ne rien oublier dans la description de la plaie : en suivant les 4 éléments du TIME, vous décrivez complètement la plaie
  • Se positionner en tant qu’expert en plaies, être crédible : On a vu qu’utiliser un vocabulaire professionnel, vous positionne dans l’équipe pluriprofessionnelle, et facilite une communication adaptée.
  • Développer sa patientèle : J’irai même beaucoup plus loin en avançant qu’en communicant de façon adaptée, vous gagnez la confiance non seulement des autres acteurs du soin, mais aussi du patient lui-même. En misant sur la qualité de votre communication, vous donnez confiance, et on vous adressera d’autres patients.
  • Trouver le bon pansement au bon moment : Avec TIME, l’évaluation de la plaie va détailler les besoins de la plaie, et vous aide à trouver le Graal.

Reprenons encore une fois notre exemple :

  1. Le lit de la plaie est fibrineux : il nous faut un pansement qui fasse de la détersion de fibrine
  2. Inflammatoire : un pansement à action antibactérienne, sans pour autant être antibactérien pur
  3. Exsudat abondant : un pansement absorbant
  4. Peau périlésionnelle eczémateuse : un pansement protecteur des berges

 

Trouvez le bon pansement au bon moment

Il suffit donc de trouver un dispositif qui convient le mieux à l’ensemble des critères du TIME, en fixant des priorités. Dans ce cas, la priorité est de dépasser la phase de détersion.

1-détersion

2-Absorption

3-action antibactérienne

4-protection

Quels pansements regroupent toutes ces qualités, ou du moins les prioritaires ?

Ne vous arrêtez pas à une proposition, avec tous les dispositifs qui existent sur le marché, plusieurs pansements sont tout à fait possibles, pesez le pour et le contre, testez en faisant des croix en face des qualités nécessaires, si ça matche c’est la bonne réponse.

Les propriétés des pansements

Encore faut il connaitre, les propriétés de chaque famille de pansement! Mais ceci est un autre gros chapitre, qu’on aborde plus facilement en formation.

En attendant, formez-vous, l’infirmier reste le pivot du soin des plaies, à vous de vous positionner en expert des plaies et de la cicatrisation !

Et si vous voulez approfondir la méthode TIME, et trouver le bon pansement au bon moment, nous vous proposons la FORMATIONS PLAIES CHRONIQUES,CICATRISATION ET NOUVEAUX PANSEMENTS

Enzym© Site oxygéné par Globule Rouge

Menus de configuration dans le panneau d'administration